De mon expérience à la tête de l’une des compagnies binationales de la brigade franco-allemande, j’ai toute de suite eu la conviction du besoin d’une plus grande coopération entre nos pays. Le Traité d’Aix-la-Chapelle, signé le 22 janvier dernier, nous permet d’ouvrir de nouvelles perspectives allant dans ce sens.

La création d’une Assemblée parlementaire franco-allemande sera un signe fort et un outil au service de cette volonté pour poursuivre et consolider la construction européenne que nous appelons de nos vœux.