Ce jeudi le plan de relance a été présenté par le Gouvernement. Son objectif : retrouver dès 2022 le niveau d’avant-crise, et notamment créer 160 000 emplois au cours de l’année 2021.

Avec la crise sanitaire dû à la Covid-19, ce plan est nécessaire, essentiel pour la reconstruction de notre économie, et nous permettra de consolider, au mieux, l’après Covid. Depuis les prémices de la crise que nous traversons, le Gouvernement et les parlementaires ont été aux côtés de tous les secteurs de notre société. L’enjeu est aujourd’hui de saisir l’opportunité de transformer notre modèle économique.

L’ambition de France Relance est claire : nous voulons construire la France de 2030.

Ce plan se décline autour de trois priorités :

1. Le verdissement de l’économie et la transition écologique, qui bénéficieront de 30 milliards d’euros Cet investissement est un effort sans précédent. Il visera notamment la rénovation énergétique à hauteur de 6,7 milliards d’euros, la lutte contre l’artificialisation des sols ou encore le développement de la nouvelle filière hydrogène à hauteur de 2 milliards. Les mobilités, et notamment la défense ou la réouverture des petites lignes de train, sujet me tenant à cœur, bénéficieront de 8,5 milliards d’euros.

2. La compétitivité et la souveraineté de notre pays, avec un investissement de 35 milliards d’euros. La relocalisation d’industries essentielles est un des volets majeurs de ce pan du plan de relance. En parallèle, 3 milliards d’euros seront destinés à la recherche – dans la lignée de l’objectif d’y allouer 3% de notre PIB, 11 milliards viendront soutenir les marchés porteurs tels que l’hydrogène, l’agroalimentaire et le numérique. Enfin, 20 milliards d’euros seront dédiés à la baisse des impôts de production entre 2021 et 2022

3. La cohésion sociale et territoriale, pour former et embaucher plutôt que de licencier, avec 35 milliards d’euros. Cette partie du plan de relance s’inscrit dans la continuité de la mise en place massive du chômage partiel depuis mars. Il faut tout faire pour maintenir l’emploi, conserver les compétences et permettre aux entreprises de redémarrer, aux salariés de garder leurs emplois et leurs revenus. A ce titre, 6 milliards seront affectés au dispositif d’activité partielle de longue durée et un milliard sera dédié à la formation de ces salariés. 7 milliards seront également affectés à l’emploi des jeunes, notamment ceux qui terminent leurs études et arrivent sur le marché de l’emploi. 6 milliards seront également consacrés aux investissements du Ségur de la Santé.

Enfin, et je tiens à le souligner, ce plan de relance bénéficie du plan de relance européen annoncé au printemps. 40% de notre plan est financé par l’Europe. C’est historique. Développé avec tous les acteurs, au plus près des territoires, ce plan doit profiter à toute la France, à chacune de ses communes. Chacun pourra en bénéficier. J’y veillerai.

Pour approfondir, n’hésitez pas à consulter le site du Gouvernement dédié ainsi que le dossier de presse mis à disposition de chacun.